Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Includance

Parcours Chorégraphique Brestois

 

  • Le 10 avril à 20H30

Au Quartz (Au Grand Théâtre) - Durée: 1H20

Parcours Chorégraphique Brestois

"Desh"

Akram Khan

Ce solo très personnel est une exploration intime de la relation d’Akram Khan au Bengladesh, terre natale de ses parents, terre des origines, tout à la fois familière, notamment à travers sa langue maternelle, le bengali, et étrangère car vécue dans la distance, depuis Londres.

Desh est un mot sanskrit qui désigne la patrie, la nation, mais aussi la terre. Akram Khan voyagera à l’intérieur de cette polysémie pour tisser les fils de son identité. Prenant appui sur la richesse poétique de cette terre baignée par les eaux mais aussi sur son extrême fragilité, il incarnera six personnages emblématiques qui feront écho à six thématiques qu'il a définies en compagnie de la poétesse d'origine indienne Karthika Naïr : la terre, la rivière, la mémoire, le tissu, la langue et Akram lui-même conçu comme un élément "aiguille" qui traverse tous ces thèmes, tel le fils qui noue les fleurs des guirlandes entre elles.

Réunissant images vidéos, texte et danse dans une structure polyphonique qui allie souvenir personnel et mémoire collective, Akram Khan éclaire d’une nouvelle manière une recherche personnelle aux accents universels. Interrogeant ce qui nous fonde, nous constitue, il pose la question de ce qui nous relie au monde et aux autres. Une quête qui résonne avec puissance bien au delà du delta du Gange.

Crédit photo : Richard Haughton

Crédit photo : Richard Haughton


Dans le cadre de Résodanse au bout du monde !

  • Le 28 mai à 20h30

Au Mac Orlan - Durée :1h00

1ère partie :

«Les laboratoires chorégraphiques»

De février 2012 à avril 2013, les chorégraphes ont proposé des laboratoires artistiques aux habitants de Guissény, Guipavas, Brest (Saint-Pierre), Porspoder-Ploudalmézeau. Ces laboratoires ont en commun un thème : la mutation à travers le médium du corps. Les quatre groupes ont abordé différents matériaux pour tenter de mettre en exergue les
changements ténus de chaque corps en mouvement.
Venez découvrir l’aboutissement de ses rencontres net expérimentations ! Dans le cadre de Résodanse au bout du monde !

2ème partie :

«Conférence dansée sur le grotesque»

Julia Cima

Dans ce spectacle-conférence crée en septembre 2012, Julia Cima s’appuie sur son parcours personnel. Abordant tour à tour la danse classique et l’impossibilité d’exprimer la moindre émotion par le visage, puis l’académisme de la danse contemporaine malgré une plus grande liberté corporelle, elle se dirige vers des formes plus expressives comme la danse balinaise ou le butô, danse très subversive avec ses corps dénudés et des traits étirés à l’extrême...

  • Lundi 11 mars à 12h12

A la station de Tram «Liberté» - Durée: 1H15

Parcours Chorégraphique Brestois

«Cooperatzia, le chemin»


Le G. Bistaki
Collectif de cinq jongleur/danseurs/comédiens :
François Juliot, Jive Faury, Sylvain Cousin, Nicanor
de Elia et Florent Bergal.

Le chemin invite le public dans un parcours scénarisé où se mêlent cirque, théâtre, danse et installation plastique. Le G. Bistaki, collectif de cinq jongleurs/danseurs/comédiens, épouse et transforme le paysage qui lui est offert, posant l’empreinte d’un univers chorégraphique contemporain et rudimentaire.

Le G.Bistaki épouse et transforme le paysage qui lui est offert posant l’empreinte d’un univers chorégraphique contemporain et rudimentaire. Tuile canal et sac à main, l’objet manipulé se fait accessoire de costume, élément de décor et transforme les cinq danseurs en personnages rustres et contenus à l’énergie explosive.

On construit, on danse, on détruit. Une société voit le jour, Cooperatzìa. Des "hommes-tuile", "des hommes-sac" et des "animaux-bêtes", se côtoient, s’affrontent, s’aident, ouvrant le regard sur des traditions étranges, des habitudes déplorables et des images enchanteresses. Collectif de cinq jongleurs/danseurs/comédiens, réunis afin de bouleverser leur quotidien artistique et scénique, le G.Bistaki innove dans la manière de rechercher et de représenter. Cooperatzia, Le chemin invite les festivaliers dans un parcours scénarisé où se mêlent cirque, théâtre, danse et installation plastique, comme une évidence.

Collectif G. Bistaki
Le G.Bistaki est un collectif de cinq jongleurs et danseurs dont le travail se caractérise par l’exploitation infinie d’un objet par un corps dans l’espace. Le G. Bistaki épouse et transforme le paysage qui lui est offert posant l’empreinte d’un univers chorégraphique contemporain et rudimentaire. L’environnement, qu’il soit urbain ou rural, à ciel ouvert ou fermé, est le théâtre de son action.

François JULIOT
Danseur, manipulateur d’objets, comédien, il se forme dès 1996 à l’académie Fratellini à Paris puis au Lido, Centre des Arts du Cirque de Toulouse. Il intègre la compagnie Les Oiseaux Fous, avec laquelle il travaille par la suite de 1999 à 2001. Il co-fonde la compagnie de cirque contemporain Rital Brocante. Sa recherche se caractérise par le rapport corps/objet. Depuis 2005, il travaille pour les compagnies de danse Lalage et Elyamni à Marseille, et s’affirme comme danseur/comédien. Pédagogue dans diverses écoles de cirque, il met en scène des créations circassiennes en Italie et en France.

Jive FAURY
Manipulateur d’objet, danseur, Jive Faury est formé au jonglage au Lido et à la danse auprès de plusieurs chorégraphes et danseurs. Il intègre les compagnies Carcara, L’Ensemble Fa7, Les Apostrophés et la Cie Jérôme Thomas. Il participe à de nombreux projets où l’improvisation en rapport avec la musique prime. Il travaille notamment avec Pascal Lloret de L’ARFI, Bertrand Binet, les Orchestres Lamoureux, Gustavo Beytelmann, Jean-Pierre Baragioli et Jean-François Zygel. Riche de ces expériences, il monte sa propre structure : la Cie Sens Dessus-Dessous, recherche autour de la manipulation d’objets et le jonglage chorégraphique.

Sylvain COUSIN
Manipulateur d’objets et danseur, il suit la formation de comédien de cirque au Lido Centre des Arts du Cirque de Toulouse en 1996 puis monte la compagnie Des Pas en Rond et le spectacle Ici bas ! en 1999. Il co-fonde Latitude Cie pour Terremoto de Circo (2001) et Cymbalum Mundi (2003). Il crée ensuite le Tennis, numéro de jonglage déjanté, primé en 2003 au festival Mondial Du cirque de demain. Metteur en scène de Comment va la terre, elle tourne de la Cie les fautifs (2005) et La Petite fille âgée de la Cie du vide (2006), il est également formateur au Lido. Sa recherche s’oriente autour de l’objet-matière et du mouvement principalement au sein des Collectifs Café Klash et G.Bistaki.

Nicanor DE ELIA
Est danseur et manipulateur d’objets. En Argentine il fait partie des compagnies Arnica, Nang et Circo Volante. Il se forme à l’école de cirque de Madrid « Carampa », au Lido et à l’espace Catastrophe à Bruxelles. Tout en suivant des stages réguliers avec plusieurs danseurs de la scène internationale. En Europe, il travaille pour la Famille Morallès, puis intègre les compagnies des chorégraphes Josef Nadj et Roberto Olivan. Depuis 2001, il crée ses propres projets de création et de recherche autour de la danse et de la manipulation d’objets.

Florent BERGAL
Chorégraphe, metteur en scène, danseur, manipulateur d’objets. Après sa formation au Lido, centre des arts du cirque de Toulouse, en 1998, il aiguise sa formation au sein de la danse contemporaine qui devient une empreinte importante dans son travail au sein du cirque. Il co-fonde les compagnies de cirque contemporain : Rital Brocante, et le collectif G.Bistaki. Il évolue également en danseur dans les compagnies de danse des chorégraphes Roberto Olivan et Nadi Malengraux. Il enseigne l’acrobatie et la danse dans les écoles de cirque de Toulouse, Lille, Nîmes, Milan, Turin, Rotterdam ainsi qu’à l’Institut de Teatro à Barcelone et au CCN d’Orléans. Chorégraphe et/ou metteur en scène pour les compagnies Le Cubitus du manchot, Branle-bas, Made in, Muchmuch Company, Cada Die Teatro, My !Laika, Les Biphasés, Davaï Company, les Subliminati, Oktobre. Depuis 2008, il dirige la recherche artistique au centre des arts du cirque de Toulouse et écrit la ligne pédagogique chorégraphique de l’école.

Crédit Photos : D-Bossi ; V-Muteau

Crédit Photos : D-Bossi ; V-Muteau

Parcours Chorégraphique Brestois

Dans le cadre du festival «Dañsfabrik»

  • Le Vendredi 15 mars à 12h32

A l’Ehpad Delcourt-Ponchelet (55 rue Jules Guesde) Durée : 30min

Parcours Chorégraphique Brestois

«Echappées belles - issue de secours»


Compagnie Adhok


De Doriane Moretus, Patrick Dordoigne
Avec Christiane Collard, Françoise Loreau, Irène Palko, Claudette Walker, Dominique Gras, Wolfgang Kleinertz et Guy Delamarche.

Échappées belles - issue de secours propose deux explorations sensibles du vieillissement, à partir d’une collecte de témoignages mis en mots et chorégraphiés dans l’espace public. Pas de plaintes ici, mais des constats lucides, et quelques joyeuses provocations !

Ils sont sept, disons d’âge mûr, sortis par erreur de la maison de repos qui les accueille. L’issue de secours était entrebâillée, alors pourquoi pas tenter l’aventure ? Partir et se reconnecter à la vie qui palpite, avec le cœur qui bat la chamade. Même si les gestes sont maladroits, l’allure fragile, la mémoire vacillante, qu’est-ce qui les empêche de se sentir là et maintenant, totalement vivants ?

Ce spectacle questionne notre rapport à la vieillesse. Cette fresque théâtrale et chorégraphique dévoile les multiples facettes englobées sous les termes génériques de « vieux » ou « seniors », qui dissimulent des réalités de vies totalement différentes. Elle cherche à mettre en évidence notre perception de la vieillesse, son image, les peurs qu’elle véhicule mais aussi les trésors qu’elle recèle. Bien au-delà de l’âge, la vieillesse est attachée à la singularité des parcours de vie. C’est la raison pour laquelle Doriane Moretus et Patrick Dordoigne ont souhaité travailler avec sept artistes âgés de 60 à 80 ans. Pleinement intégrés dans le processus de construction du spectacle, ils ont apporté avec eux les bribes de leur passé, la qualité de leur présence et leurs questionnements sur l’avenir. C’est donc à partir de leur expérience sensible de la vieillesse qu’a pris corps Echappées Belles : Issue de Secours.

La compagnie Adhok est née de la rencontre de Doriane Moretus et Patrick Dordoigne, deux artistes impliqués dans les arts de la rue depuis plus de 25 ans. À l’origine de leur projet, un désir commun de développer un autre langage dans l’espace public, une nouvelle forme d’écriture née de la complémentarité de leur expérience.

Doriane MORETUS
A créé un univers artistique et développé un langage poétique et singulier, proche de la Danse-Théâtre au sein de sa compagnie “Compagnie Doriane Moretus”. Elle a par ailleurs été sollicitée par de nombreuses compagnies des arts de la rue pour ses compétences artistiques en tant qu’actrice, chorégraphe, auteur et metteur en scène.

Patrick DORDOIGNE
Est l’un des fondateurs de la compagnie “Les Alama’s givrés” au sein de laquelle il a oeuvré pendant 18 ans, au titre de co-directeur artistique, co-metteur en scène, co-auteur et acteur. Il a également mis ses compétences au service d’autres compagnies des arts de la rue.

Crédit Photos : V Muteau
Crédit Photos : V Muteau

Crédit Photos : V Muteau

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :